Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Site de Tux Libre
  • Le Site de Tux Libre
  • : Linux off course !!!
  • Contact

J'aime bien !!!

angif 25

Recherche

Archives

28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 14:15

tintiied

 

 

Il était une fois un pêcheur qui n'attrapait jamais de poisson. Sa canne à pêche n'était pas extraordinaire mais il avait utilisé toutes ses économies pour l'acquérir auprès de l'artisan du village, et il rechignait à en changer (il n'en avait d'ailleurs plus les moyens). En fait il n'osait même pas essayer de la réparer lui-même, l'artisan le lui ayant formellement interdit de la faire sous peine de représailles. Alors chaque fois que sa moulinette se bloquait (traduisez: plantage) et que son fil cassait (traduisez: virus) il s'endettait encore et encore auprès de l'artisan.

 

Or il advint qu'un jour, un Djinn qui venait de s'échapper de sa lampe magique, se mit à pêcher à côté de lui. Et alors que notre infortuné pêcheur était toujours aussi bredouille, le Djinn attrappait poisson sur poisson, et en moins de deux, remplit son seau. Il offrit même des poissons à tous les pêcheurs avoisinants, et leur offrit une démonstration de sa canne, une canne magique (bien entendu, c'était un Djinn!) faite dans un bois à la fois solide et nerveux, et littéralement incassable. Le fil, tissé de toiles d'araignées géantes (traduisez: sur le web) etait d'ailleurs tout aussi incassable. Bien que comblé par le cadeau du poisson que le Djinn venait de lui faire, le pếcheur malheureux était bien entendu très impressionné par cette canne de Djinn, et un peu jaloux...

Le Djinn lui offrit alors sa canne. Le pêcheur, pressentant qu'il y avait un piège, refusa: "Las! Je suis ruiné, je ne pourrai jamais te payer une canne aussi luxueuse". "Je crains, maître, dit alors le Djinn, de m'être quelque peu mal exprimé: Je ne souhaite pas te vendre ma canne magique ni te la troquer, mais te la donner, sans concession aucune. C'est ainsi que nous les Djinns, sommes faits." Le pêcheur persista tout de même à refuser, pensant qu'il ne pouvait qu'y avoir un piège, un tel cadeau céleste ne peut exister, et puis il connaissait sa vieille canne à pêche, et n'osait y renoncer. Là encore, le Djinn insista: "Personne ne veut te priver de ta vieille canne, tu peux avoir deux cannes et faire ton choix (traduisez: double boot)". Le pêcheur ne pouvait croire qu'il existait quelqu'un d'aussi bizarre que ce Djinn, et devenait en réalité de plus en plus paranoïaque: "Mais dis-moi Djinn, si tu me donnes ta canne sans contrepartie, avec quoi iras-tu pêcher désormais?" Le Djinn, un peu impatient tout de même, lui expliqua que le bois dont cette canne était fait poussait en abondance dans une forêt dont il connaissait l'emplacement, où croissaient des araignées géantes, et d'ailleurs il proposa même au pêcheur de lui montrer où était cette forêt (traduisez: open source), et même de lui apprendre à faire lui-même une canne de Djinn (traduisez: forums de discussion et communauté du Libre).

Rien n'y fit: Le soleil était couché depuis longtemps que notre pêcheur refusait toujours cette canne que le Djinn lui offrait, si peu habitué qu'il était aux cadeaux. Il avait d'ailleurs conçu un plan pour essayer de percer à jour l'escroquerie du Djinn: Il reviendrait le lendemain avec l'artisan du village, qui ne pouvait laisser son commerce péricliter à cause d'un Djinn et malin qu'il était, saurait bien voir où était le piège!

Le lendemain, le Djinn revint avec plein de cannes magiques neuves, et commença à tenter de les distribuer aux autres pêcheurs (traduisez: liberté de copier et distribuer). Sans grand succès d'ailleurs. Mais au soir, une femme qui venait chercher de l'eau au puits, et dont le mari n'attrapait pas plus de poisson que notre infortuné héros, décida, sous le regard horrifié des pêcheurs, d'accepter le cadeau du Djinn. Elle allait pouvoir attraper autant de poissons qu'elle en aurait besoin, et chaque fois que le fil de sa canne magique se casserait, les Djinns viendraient l'aider à le réparer elle-même. D'ailleurs le fil de la canne des Djinns ne se casse jamais, pourquoi se casserait-il entre ses mains à elle? Quant au "piège", elle était si pauvre qu'elle n'avait de toute façon rien à perdre...

L'artisan faisait preuve d'une étrange indifférence: En quoi une seule femme aurait-elle raison de son commerce florissant, surtout que faute de moyens, elle ne risquait pas d'être sa cliente un jour... Mais c'est sous les sifflets et les huées des pêcheurs qu'elle rentra chez elle: Elle s'était fait avoir par le Djinn, elle ne pouvait leur inspirer qu'une pitié condescendante... Elle eut beau leur promettre qu'elle leur donnerait une partie du poisson qu'elle allait attraper dès le lendemain, rien n'y fit, même son mari affichait du mépris pour elle, qui s'était fait avoir!

Le lendemain matin, elle revint avec sa belle canne dont les autres n'avaient pas voulu. Mais elle n'eût pas le temps de la tester: Pris d'une rage meurtrière, les pêcheurs qui, rappelons-le, avaient refusé le cadeau qu'elle avait accepté, la lapidèrent sauvagement, car jamais ils ne pourraient lui pardonner d'avoir voulu de cette canne magique et gratuite.


Pourquoi?

Partager cet article

Publié par winux - dans DIVERS
commenter cet article

commentaires